ça déménage … !

« ça déménage » … un titre donné au partage d’expérience que je veux faire ici …

En lien avec « Rév’élation d’intérieur », le nom que je donne à mon activité d’accompagnements dans vos projets d’architecture, d’architecture d’intérieur, et questionnements sur vos intérieurs, vos lieux de vie et/ou de travail …

ça déménage … !

Et oui, « ça déménage »… des travaux chez soi … ce n’est pas si anodin … comme on pourrait le penser, ou le croire …

Si envisager de faire des travaux chez vous, ou si faire faire des travaux chez vous, vous fait peur, vous stresse, vous inquiète, vous bouscule … c’est bien normal !

Ou si ça vous « est bien égal », vous rend indifférent … alors oui, c’est normal aussi !

Il n’y a rien qui soit anormal … tout est humain … simplement … sans jugement …

Vous avez vécu, vous vivez ou vous allez vivre  une transformation … et une transformation … ça bouscule !

En transformant votre intérieur, c’est vous qui vivez intérieurement une transformation, par la même occasion …

C’est ce que j’ai vécu … et que je voudrais  juste dire, décrire comme ce qui a été et ce qui est, dans mon expérience …

C’est un partage d’expérience, simplement …

Avant les travaux, il y a le projet des travaux, et déjà là … « ça déménage » ! Parce que s’imaginer la transformation, se projeter dans la transformation, dans les travaux, puis dans le résultat, c’est déjà là que commence le chamboulement intérieur …

ça n’a l’air de rien comme ça, on pourrait dire que c’est « banal », ou qu’on l’a choisit … ou pas ! En fait, quand on ne choisit pas les travaux qui nous arrivent … là ça nous semble différent ! Et ça ne l’est pas forcément pour autant !

Quand on se dit, qu’il « va bien falloir les faire ces travaux ! » … et bien, c’est déjà là que commence le boulot de transformation … une transformation personnelle,  un cheminement vers son intérieur … ça peut paraître flou dit comme ça, alors je raconte ma petite histoire :

Un jour, notre propriétaire nous appelle et nous prévient : « Dans trois semaines, nous intervenons chez vous pour des travaux d’une durée de trois semaines. »

Sur ce : « Pas le choix », se dit-on, si ce n’est que de voir si réellement nous sommes dans l’obligation légale d’accepter tous ces travaux … sauf que maintenant, il est un peu tard de se « réveiller » à ce sujet …

En fait, nous avions déjà été mis au courant qu’il y aurait des travaux chez nous. Mais il n’y avait pas de date précise, juste un créneau d’intervention de plusieurs mois sur les deux immeubles de notre résidence.

Du coup, je préférais me dire et m’imaginer que les travaux tarderaient et que nous passerions en dernier (je rêvais un peu !)… en espérant même que peut-être d’ici là nous aurions déménagé (puisque nous avons ce projet !).

Lors de leur première annonce, nous nous étions dit que cela allait être compliqué de vivre avec des travaux dans l’appartement au niveau de la salle des bain, des WC, de l’entrée et de la cuisine, avec deux enfants en bas âge dont un qui ne marche pas encore.

Je redoutais déjà le moment où ils allaient nous annoncer la date des travaux et je redoutais surtout les travaux en eux-mêmes … imaginant déjà tout le déménagement, la difficulté à vivre dans un appart en travaux,  réduit à un salon où s’entasseraient les cartons et meubles des pièces en travaux, de la poussière partout, et des chambres encombrées où s’ajouterait d’autres cartons et meubles, et où nous étions déjà en occupation maximale (2 par petite chambre) … bref !

Seulement … ils ont commencé sans retard et surtout … par nous !

« Plus le choix », et  il « fallait y passer » !

Dans le programme des travaux, il y avait des travaux obligatoires, et des travaux d’amélioration, que nous n’étions pas dans l’obligation légale d’accepter. Quand on nous a annoncé une durée de 3 semaines de travaux, nous avons tout de même obtenu de ne faire réaliser que les travaux obligatoires, étant donné qu’il n’y avait pas de compensation financière envisageable (réduction de loyer, par exemple) car les travaux étaient prévus pour une durée inférieure à 21 jours (durée légale à partir de laquelle nous pouvons demander une réduction du loyer).

Au départ, j’étais beaucoup sur la défensive, je sentais la colère montée, de me sentir « obligée » de « subir » ces travaux. Effectivement, comme nous projetions de partir de l’appartement dans l’année qui suivait les travaux, nous aurions aimé pouvoir négocier la date d’intervention. Et d’autre part, travaillant depuis mon domicile, et avec deux enfants en bas âge le weekend et en début et fin de journée, dans un appart en travaux où il ne reste que quelques petits mètres carrés habitables, sans cuisine, sans salle de bain, et dans la poussière … j’avais envie d’avoir une compensation financière pour sentir que ce soit plus « juste » … et non !

Alors, de la colère, de la frustration … des émotions qui remontent, et qui viennent me parler de moi … alors, j’ai finalement plusieurs choix :

Je peux me laisser emporter dans le cercle des émotions, en réagissant sous le coup de la colère, de la frustration ou autres émotions qui me traversent … en m’entêtant dans des pensées qui me tirent vers le bas et qui amènent d’autres émotions dans le même genre … « c’est injuste ! », « ils me soûlent! », « je vais bien leur faire comprendre qu’ils me soûlent et les soûler à mon tour ! », « j’en ai marre de ces travaux! »,  … je choisis d’être victime de cette situation … je ne m’en rends pas forcément compte, donc dans ce cas, je peux me dire que ce n’est pas un choix …

En fait, si, j’ai le choix, car j’ai déjà eu cette prise de conscience d’avoir le choix, quoi qu’il arrive, et que ça n’est pas sur mon chemin « par hasard » … et je crois même, qu’avant cette « prise de conscience », j’avais déjà le choix de vivre mon chemin de vie ainsi … car j’ai bien choisi d’être ici et de vivre ici ce que je vis … j’ai simplement oublié en arrivant sur terre que j’étais bien d’accord pour venir incarner ce plan d’Amour pour faire grandir l’Amour sur Terre, pour vivre ce que j’avais à y vivre …

Autrement, j’avais aussi un autre choix :

Celui d’accueillir ces émotions qui me traversent … je me mets à leur écoute en me demandant simplement « qu’est-ce qu’elles veulent me dire ? » … sans chercher une réponse tout de suite, sans chercher à tout comprendre … juste accueillir en posant la question, en étant consciente que mes émotions me parlent et parlent de moi, de mon histoire, de mes besoins, de mes valeurs …

Alors, je dis « j’en ai marre de ces travaux! »,  je ressens la colère, la frustration, la peur, l’inquiétude, le stress, …et je vis et accueille tous ces « états » … dans la bienveillance envers moi-même, en me disant que j’ai le droit d’être comme ça, de vivre cela, que les émotions sont justement le mouvement de ma vie (é-motions … veut dire « qui vient du mouvement », le mouvement, c’est la Vie) … parce que mes émotions expriment ma vie, parlent de moi, pour moi, à travers moi …

Donc, pour résumer :

soit je choisis de SUBIR ce qui m’arrive …

soit je choisis de TRANSFORMER ce qui m’arrive et de l’accueillir comme un CADEAU, de le transformer en OPPORTUNITÉ, de l’accueillir comme un TREMPLIN pour apprendre à ré-OUVRIR mon CŒUR …

Au début, je sentais que je pouvais faire ce choix, et pourtant il m’était bien difficile de choisir de transformer ma vie, de ré-ouvrir mon cœur, et ce n’était pas faute d’y aspirer … cependant, j’avais mes petites habitudes, mes façons de réagir « habituelles », mes zones de confort pour me sentir plus en sécurité, et j’avais l’impression d’en avoir besoin, car justement je me sentais « dépassée » et insécurisée par l’annonce des travaux, et par les travaux …

Alors,  je me suis parfois laissée emportée par émotions, sans contrôle, ou avec grand contrôle … ça dépendait … et finalement, ce sont les revers de la même médaille ! Car dans un cas comme dans l’autre, ces émotions me dérangeaient, je ne savais plus quoi en faire … ni comment faire avec elles … bref, j’étais aussi en colère contre moi-même d’être en colère, de ressentir la colère !

J’avais choisi à ce moment là de donner plus de place à ma satisfaction personnelle du moment, à mon ego qui avait besoin de se sentir rassuré par des habitudes, des façons de réagir « connues » et fabriquées de toute pièce depuis longtemps pour ma « défense » face à des situations que je ne savais pas « gérer » … bref, j’ai laissé à mon ego le dernier mot … alors que mon cœur me murmurait tout bas … « ré-ouvre-toi … », « laisse-toi touchée pour être guérie … » …

Pas si simple d’écouter son cœur … et pourtant, c’est bien lui qui me donne la clé du bonheur 🙂

Du coup … j’ai choisi de l’écouter également,  et de transformer cette situation pour la vivre comme un CADEAU magnifique de la Vie pour que je puisse apprendre à ré-ouvrir mon cœur, à guérir …

Pour cela, j’ai besoin de patience, d’endurance, d’exercices divers et variés au quotidien, pour changer du train-train quotidien justement ! Car s’aventurer sur le chemin de son cœur, c’est toujours accepter de se laisser surprendre, de vivre des surprises, des challenges, de pétiller, bref, c’est vivre une vie qui pulse au rythme du cœur ! Pour cela, il y a chaque jour la labeur du cœur … dans la douceur … pour sortir de nos zones de confort, transformer nos habitudes, et se mettre en chemin chaque jour sous un nouveau ciel, sur une nouvelle terre, celle d’un nouveau jour, de nouveaux battements de cœur, et avec de nouveaux horizons à dessiner !

Des travaux, des petites transformations de mon intérieur, du « matériel », bref, « ça n’est rien! », « je leur accorde trop d’importance! » … à moins que … ils ne révèlent une part de moi-même … pour moi-m’aime 😉 , pour ouvrir mon cœur à d’autres réalités cachées, pour apprendre à savourer la Vie avec plus d’Amour, et plus de Bonheur, dans l’ouverture du cœur …

Alors, même si la tête ne le sait pas, ou ne veut pas le savoir (d’où le fait de pouvoir sentir « indifférent »), le corps, lui, le sait, et même votre âme, votre cœur, le sait … au fond, vous le sentez, vous le savez, que vous êtes « touchés » … reste qu’il peut sembler plus agréable de se réfugier dans la fuite, le dénie, l’indifférence … de se donner des tas de raisons pour se dire que « tout va bien », « ça n’est que matériel », « il y a franchement plus grave », « il n’y a pas de quoi en faire une montagne », ou que « il faut faire ces travaux, une fois qu’ils seront finis, au moins ce sera fait, et on sera tranquilles ! », ou bien encore « on a choisi de faire ces travaux, maintenant il faut y aller ! »,  tout en niant toutes les émotions qui se bousculent à l’intérieur, car on se « rassure », comme on peut, sans même s’en rendre compte la plupart du temps, et on trouve des explications rationnelles, sensées, et qui nous font du bien, sur le coup !

Oui, sur le coup, ça permet de tenir … ou pas … car une fois qu’il y a les travaux … les émotions peuvent déborder, et parfois, on ne comprend plus qui se passe en nous … !

On ne fait pas toujours le lien entre ce qui se passe dans notre lieu de vie, et dans notre vie, et pourtant …

Quand j’ai découvert ce lien, entre des travaux de transformation intérieure, et ce que j’étais invitée à transformer dans ma vie, et, de manière plus générale et très concrètement,  le lien entre mon lieu de vie, mon intérieur, et ce qui se passait en moi … à l’intérieur de moi et dans ma vie … ça a été une vrai révélation !

Et en même temps, une libération !

Une libération de sentir que je pouvais prendre en main ma vie, que j’en étais responsable, que j’avais le choix de ce qui m’arrivait, y compris de ce que je pouvais avoir la sensation de « subir ». Une libération de sentir et de savoir au fond de moi que ce qui « m’arrivait » était en fait un cadeau pour vivre une transformation intérieure … pour un plus grand bonheur à vivre dans ma vie !

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s